Charlotte

Charlotte, c’est la fille de William et Kate. Mais pas que.

Charlotte c’est un peintre.

Charlotte c’est la quête de Foenkinos.

Charlotte, c’est un livre et pas des moindres.

C’est un objet étrange, écrit en prose, on dirait presque que ce ne sont pas de vraies phrases. Mais il y a clairement un rythme, des phrases courtes toujours ramenées à la ligne et une pression.

C’est une sensation physique, une oppression.

J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer.

On se doute du début que cela va mal finir. Il n’y a pas vraiment d’espérance que cela finisse bien non plus. Ce n’est pas écrit comme ça.

Charlotte ce sont des faits et des sentiments qui se suivent. Chacun sa ligne. Ce sont les questions de l’auteur, et ses quêtes aussi.

Charlotte c’est l’espoir que tout s’arrange. Alors que tout ne va que de mal en pis.

Il faut être optimiste, se dire que la haine est périssable.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s